GameStop, le plus gros revendeur de jeux vidéo au monde, est au bord de la faillite

Rien ne va plus chez GameStop : le groupe, notamment propriétaire de Micromania, n’arrive pas à trouver d’acquéreur. Le début de la fin ?

C’est un peu Micromania, version US. GameStop, le leader mondial de la revente de jeux vidéo, traverse une bien mauvaise passe : huit mois après avoir commencé à chercher un repreneur, le groupe vient d’annoncer qu’il mettait fin à toutes les discussions dans un communiqué. Les négociations lancées avec les différents acquéreurs potentiels ont visiblement mal tourné, et personne n’est arrivé à tomber d’accord sur un deal financier acceptable.

Le genre de news qui n’a clairement pas ambiancé les actionnaires, du côté du New York Stock Exchange. Juste après la publication du communiqué, daté du mardi 29 janvier, le titre de GameStop a dévissé en bourse, abandonnant plus d'un quart de sa valeur le jour même. Il tourne aujourd’hui autour d’un peu plus de 11 dollars, soit son plus faible niveau depuis 14 ans.

Un paquet de dollars de dette, et un groupe sans patron depuis près d’un an

Cet échec vient ainsi s’empiler sur un tas déjà bien fourni de mauvaises nouvelles. Croulant sous une dette de 815 millions de dollars, la chaîne de magasins de jeux-vidéo et de merchandising spécialisé rame depuis l’explosion du dématérialisé et fait face, par ailleurs, à la concurrence d’Amazon.

Mais la malédiction ne s’arrête pas là. Depuis maintenant pas loin d’un an, le groupe fonctionne sans directeur général fixe à sa tête. Le dernier en date, Julian Paul Raines, est mort en mars 2018 d’un cancer du cerveau. Depuis, plus personne ne semble vouloir prendre la suite.

GameStop, propriétaire des magasins Micromania en France

Ceci dit, GameStop – propriétaire de plus de 7 200 boutiques autour du globe, et du mensuel américain Game Informer – tente de se recentrer sur son activité de base, le gaming. Le 16 janvier dernier, les dirigeants ont décidé de revendre la filiale Spring Mobile, pour plus de 700 millions de dollars.

Mais, rien à faire, le revendeur est toujours sur la pente glissante. Si l’entreprise américaine finissait par se planter définitivement, la chose serait bien entendu tout sauf rassurant pour le français Micromania-Zing, possession de GameStop depuis 11 ans maintenant.
 
 

  • Qui sommes-nous ?

    Pour en savoir plus sur GG
    Voir la page
  • Contact

    Envoyez-nous vos idées, vos projets, vos remarques et vos meilleurs moves. GG vous répondra ;)
    Contactez-nous