Une clinique anglaise vient d'ouvrir pour soigner les jeunes accros au jeu en ligne

2 millions de jeunes âgés entre 13 et 25 ans pourrait bientôt être touchés.

18 euros par semaine. Selon l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), le « trouble du jeu vidéo » est bien une maladie, au même titre que la dépression ou que la phobie sociale. Même si cette décision est critiquée par l’industrie du jeu vidéo, c’est désormais officiel. 

Au Royaume-Uni, la commission des jeux de hasard a mené une étude sur les jeunes et les jeux d’argent en ligne. En 2018, 14% des 11-16 ans, soit 450 000 personnes, dépensent régulièrement des sous dans ces jeux destinés aux adultes. Il s’agit aussi bien de paris privés comme de jeux à gratter ou encore des paiements via lootboxes dans les jeux vidéo. La moyenne de ses dépenses tourne autour de 18 euros par semaine. Alors pour lutter contre ce phénomène, le Service de santé national d'Angleterre (NHS) a décidé d'ouvrir une clinique dédiée aux jeunes concernés par cette addiction.

La culture du pari. Comme toute addiction, plus on débute jeune, et plus il est difficile de s’en passer. Mais au Royaume-Uni, que ce soient pour un match de sport, la couleur du chapeau de la reine ou dans un pub, les paris et les jeux de hasard sont omniprésents. C’est pourquoi une première clinique, basée à Londres, apportera un soutien à ces jeunes âgés entre 13 et 25 ans devenus accros aux jeux de manière générale. D’autres villes devraient emboîter le pas comme Manchester, Leeds ou encore Sunderland. Ce n'est pas peut-être pas un hasard si ce sont les jeunes britanniques qui sont durement touchés par ces problèmes-là. 

  • Qui sommes-nous ?

    Pour en savoir plus sur GG
    Voir la page
  • Contact

    Envoyez-nous vos idées, vos projets, vos remarques et vos meilleurs moves. GG vous répondra ;)
    Contactez-nous