Un élu américain veut créer une « taxe du péché » pour les jeux violents

L’idée du Républicain (oui, forcément) : augmenter de 10 % le prix des jeux violents et gores qui, d’après lui, mènent à des comportements agressifs et favorisent les tueries de masse.

Si vous voulez provoquer bêtement la communauté des gamers, vous pouvez – au choix – proposer une loi visant à augmenter le prix des jeux, ou bien faire un lien entre tueries de masse et violence virtuelle. Chris Quinn, un Républicain basé à la Chambre des représentants des Pennsylvanie, a visiblement eu la brillante idée de tenter un combo, en proposant ce qu’il surnomme lui-même une « taxe du péché » dans son Etat : booster de 10 % le prix des titres classés « M for Mature » et « AO » par l'ESRB (l'équivalent du PEGI aux Etats-Unis).

Les deux degrés de classification, déconseillés respectivement aux moins de 17 et 18 ans pour ce qui concerne entre autres les images gores et sanglantes, incluent par exemple Grand Theft Auto V et bien entendu un paquet de FPS militaires comme Call of Duty ou Battlefield. L’élu américain, qui juge que « plus longtemps les individus sont exposés aux jeux vidéo violents, plus de chance ils ont d’adopter des comportements, des pensées et des sentiments violents », cherche à financer la prévention dans les écoles via le Compte de protection numérique pour la sécurité scolaire (Digital Protection for School Safety Account).

L’argumentaire de l’élu basé sur une étude plus complète

Pour essayer de justifier le dispositif, Chris Quinn met en avant une étude du National Center for Health Research, qui établit une corrélation entre agressivité et jeux violents. Le truc, c’est qu’en jetant simplement un coup d’œil à l’introduction, le texte mentionne tout un tas de pistes d’explication, qui semblent nuancer l’affirmation : « Il est important de garder en tête le fait que l’exposition aux jeux violents n’est qu’un facteur parmi d’autres favorisant les comportements agressifs. Par exemple, les maladies mentales, les environnements de vie difficiles et l’accès aux armes à feu sont tous des facteurs de risque. » 

A se demander, donc, si l’homme politique s’est bel et bien penché de bout en bout sur le travail de recherche. Sa « taxe du péché » omet en tout cas apparemment de mentionner ces problématiques.

Une violation du premier amendement de la constitution américaine ?

Ceci dit, son idée ne verra probablement pas le jour. Déjà lancée l’an dernier par le même élu, la proposition avait échoué et n’avait ainsi pas été appliquée.

L'Entertainment Software Association avait qualifié le mécanisme d’inconstitutionnel, rappelant qu’aux USA, les jeux vidéo sont concernés par le premier amendement, qui protège la liberté d’expression. Face au Républicain, l’association conseille au contraire « de travailler avec ceux qui sensibilisent à propos du contrôle parental et du système de classification ESRB, qui sont des outils efficaces pour assurer aux parents de garder le contrôle sur les jeux vidéo dans leur maison ».

  • Qui sommes-nous ?

    Pour en savoir plus sur GG.
    Voir la page
  • Contact

    Envoyez-nous vos idées, vos projets, vos remarques et vos meilleurs moves. GG vous répondra ;)
    Contactez-nous