Black Girl Gamers : une ligue de joueuses noires veut botter le cul des trolls en ligne

Leur page Facebook regroupe déjà plus de 4000 membres.

Commentaires haineux. Daja Williams est une gameuse comme il en existe des milliers sur Terre. Mais Daja est noire. Et à cause de la couleur de sa peau, certains autres gamers l’insultent. Classic shit, diront certains. Mais pas pour elle.

Un jour sur Overwatch, raconte la jeune femme pour FastCompany, l’un de ses coéquipiers lui lance : « T’es qu’une p**ain de grosse noire », avant de lui recommander de se suicider. Tout ça à cause du choix d’un personnage (Lucio). Mais ces insultes racistes sont monnaie courante pour elle. Et la gameuse de 22 ans a décidé d’enregistrer et de noter ces injures auxquelles elle doit faire face. « Dès que je joue, les gens mentionnent que je suis noire ou que je suis une femme. J’ai toujours connu ça. Je sais que c’est mauvais, mais je m’y suis habituée ». 

Une cible sur Twitter. Daja fait partie du collectif Black Girl Gamers, qui réunit des gameuses noires du monde entier. Le groupe a débuté en 2015 et a été créé par Jay-Ann Lopez, une joueuse de Halo et Call of Duty qui, elle aussi, a subi des océans d’insultes en ligne. En 4 ans d’existence, plus de 4000 femmes noires ont rejoint le groupe. Black Girl Gamers est aussi présent sur Twitter, où les commentaires haineux sont malheureusement nombreux. Selon une récente étude d‘Amnesty International, les femmes noires ont 84% plus de chances de se faire insulter sur Twitter que les blanches.

Stronger Together. Même si 47% des streamers sur Twitch avouent recevoir des commentaires violents, les femmes noires sont donc plus durement touchées. Mais ensemble, elles arrivent à se soutenir et à se sentir moins seules. Elles modèrent les commentaires elles-mêmes et s’entraident quand l’une des membres fait face à un troll. Le but est de montrer qu'elles ne se laisseront plus faire. 

Certaines femmes du groupe sont même devenues des amies et se voient en dehors pour des sorties. Le collectif espère aussi que les grandes plateformes prennent de véritables mesures pour lutter contre les commentaires violents et racistes, même si sur Twitch par exemple, il existe déjà des moyens de bloquer un autre gamer. Le sujet est beaucoup trop important pour rester les bras croisés.

Crédit Photo : BBC (Jay-Ann Lopez)

  • Qui sommes-nous ?

    Pour en savoir plus sur GG
    Voir la page
  • Contact

    Envoyez-nous vos idées, vos projets, vos remarques et vos meilleurs moves. GG vous répondra ;)
    Contactez-nous