Activision Blizzard licencie 800 personnes malgré des bénéfices records

Le groupe américain a annoncé se séparer de 8% de ses employés alors que son bénéfice annuel a atteint presque 2 milliards de dollars en 2018.

L’annonce était attendue depuis lundi avec fébrilité par des milliers de salariés, et le couperet est tombé hier en fin de journée. C’est le PDG d’Activision Blizzard Bobby Kotick qui a annoncé la nouvelle lors d’une conférence avec les investisseurs. Celui dont le salaire atteignait 28,6 millions de dollars en 2017 a commencé son intervention en précisant que le groupe a "une nouvelle fois atteint des résultats records en 2018."

En effet, le bénéfice annuel d’Activision Blizzard a atteint quasiment deux milliards de dollar l’an dernier, du jamais vu dans l’histoire du groupe. Avec de tels résultats, on pourrait s’imaginer que la vie est belle pour les salariés de l’entreprise, mais c’est en fait tout le contraire. Bobby Kotick a ainsi annoncé que la société se séparait de 8% de ses salariés. Sachant qu’Activision Blizzard comptait environ 9600 employés en 2018, cela représente à peu près 800 personnes.

« Même si nos résultats financiers de 2018 sont les meilleurs de notre histoire, nous n’avons pas atteint notre plein potentiel. »

La raison ? Selon Bobby Kotick, Activision n’a pas atteint tous ses objectifs en 2018, et il s’attend à une année plus faible en 2019, car Blizzard ne sortira pas de nouveau jeu, et Activision reposera uniquement sur son Call of Duty annuel. Ces départs forcés se font dans toutes les branches : Activision, Blizzard et King (Candy Crush). Mais selon Kotaku, les licenciements concernent principalement l’édition et l’esport pour Blizzard, où les départs sont massifs. En revanche, le département du développement semble relativement préservé voire même renforcé, puisque l’objectif est de sortir davantage de jeux et de rentabiliser toujours plus les jeux existants avec de nouveaux contenus.

Toujours du côté de Blizzard, le nouveau président J. Allen Brack a publié des explications en anglais sur le site de la société. Il y indique notamment que “l’esport et l’Overwatch League sont également des priorités." Les fans des autres jeux Blizzard, en particulier Heroes of the Storm (dont l’esport a été supprimé et le développement ralenti en fin d’année dernière) apprécieront. À l’époque, c’est déjà J. Allen Brack qui avait annoncé la nouvelle via un message laconique similaire. Autant dire que le successeur de l’historique Mike Morhaime commence bien mal ses débuts du point de vue des joueurs de Blizzard.

Il faut dire que malgré les résultats records évoqués plus haut, Activision Blizzard a connu plusieurs échecs en 2018. Le départ de Bungie a entraîné la perte de la licence Destiny (dont les ventes étaient moyennes), l’annonce de Diablo Immortal a fait un bide monumental à la Blizzcon, et plusieurs cadres ont quitté la société en fin d’année. Résultat, le cours de l’action s’est effondré en bourse et a perdu 26% en un an.

L’ampleur de ce licenciement massif a bien évidemment choqué largement l’ensemble des observateurs de l’économie du jeu vidéo. Kotaku rapporte ainsi que les salariés de Blizzard savaient depuis des mois que ce licenciement allait arriver, mais que personne ne savait jusqu’à hier qui serait touché.

J. Allen Brack a beau préciser que "cette décision a été extrêmement difficile" et annoncer plusieurs mesures "pour faciliter la transition des employés affectés" qui "font partie de la famille Blizzard" (depuis 10 ou 15 ans pour certains) cette nouvelle a fait l’effet d’une bombe et a attristé tous les fans de longue date.

 

 

A lire aussi

  • Qui sommes-nous ?

    Pour en savoir plus sur GG
    Voir la page
  • Contact

    Envoyez-nous vos idées, vos projets, vos remarques et vos meilleurs moves. GG vous répondra ;)
    Contactez-nous