LoL : on connaît enfin le nom des 8 équipes de la Ligue Française

Riot Games France et Webedia ont donné hier le coup d’envoi de la première Ligue Française de League of Legends à Paris.

Le studio de League of Legends et Webedia ont mis les petits plats dans les grands pour le lancement de cette compétition inédite en France. C’est lors d’une conférence de presse à l'eSport Arena de Webedia qu’ont été présentées en exclusivité les noms des huit équipes qui composeront la LFL (Ligue Française de League of Legends) pour la première saison. Les huit équipes ont été sélectionnées sur dossier par Riot Games qui a évalué quatre critères : la compétitivité, la qualité, la structure et le rayonnement.

Vitality et Misfits en têtes de gondole

Parmi ces structures, on note la présence de Vitality et Misfits, venues de l’échelon supérieur des LEC (League of Legends European Championship). Quatre équipes sont des historiques de la scène française de LoL (LDLC, GamersOrigin, Solary et ROG), et deux sont de nouvelles entrantes (aAa et MCES).

Pour aAa, il s’agit d’un grand retour, puisque l’équipe française est la seule à avoir joué une finale des Worlds de LoL, lors de la première édition en 2011. L’un des joueurs de l’époque (YellOwStaR) est depuis devenu le coach de Team LDLC.

MCES (MONCLUB ESPORT) est le petit nouveau, puisque l’équipe est née il y a seulement quelques mois. Basée à Marseille, elle fait figure d’outsider mais visera une qualification pour les playoffs. Elle pourra compter sur les conseils du nageur Yannick Agnel, double champion olympique et désormais investi dans l’esport.

Les matchs auront lieu chaque semaine le mardi et le mercredi soir, en best-of one. Ils seront castés sur la chaîne O'Gaming et diffusés en différé sur la chaîne de télé ES1, disponible sur les box des différents opérateurs. Les cinq meilleures équipes se qualifieront pour les playoffs, qui seront joués en offline et en public à l’eSport Arena de Webedia, comme les matchs d’ouverture de la semaine prochaine.

30 000€ de cashprize

Le responsable de l’esport chez Riot Games France (Damien Ricci) l’a confirmé, les équipes ne payent pas leur place. Un système de tournois de relégation et de promotion sera mis en place à partir de la fin de saison 2020 afin d’apporter du sang neuf et de garantir la compétitivité de la LFL. En attendant, ces huit équipes ont donc la garantie de jouer deux saisons au minimum, sachant qu’elles seront rejointes automatiquement par deux nouvelles structures dans un an, ce qui fera passer la ligue à dix équipes. Pour les meilleures équipes françaises, la ligue donnera également accès aux European Masters.

La LFL ne signe pas la fin du LoL Open Tour. Ce circuit devient simplement entièrement amateur, et il sera désormais joué uniquement online. Il servira toujours à découvrir de nouveaux talents pour la scène française. La LFL jouera le même rôle à l’échelon supérieur, puisqu’elle permettra de détecter les futurs joueurs de classe mondiale qui pourront accéder aux LEC et participer aux plus grandes compétitions internationales.

Du côté du modèle économique, un cashprize de 30 000€ est en jeu pour la première saison. Il sera réparti entre les cinq équipes qualifiées pour les playoffs, en fonction de leurs performances. Chaque structure reçoit également une subvention de la part de Riot, mais selon le manager de l’une des équipes, les structures payent la majorité des frais, dont les salaires des joueurs. La compétition est coproduite par Webedia, qui réalise un investissement important sur plusieurs années pour la financer, selon Bertrand Amar, animateur de la conférence.

En parlant des joueurs, tous les rosters n’ont pas encore été annoncés, mais on connait déjà quelques chiffres. 60% des joueurs de la ligue sont français, 25% ont eu une expérience en LCS (League of Legends Championship Series, ancien nom des LEC), et le joueur le plus jeune a 16 ans.

Avec la LFL, Riot affiche clairement son intention de professionnaliser la scène française de LoL sur la durée, et son ambition de faire du jeu un sport reconnu dans les prochaines années, selon Damien Ricci. Reste à voir si le public va suivre, mais la création de ce format régulier vise à encourager les fans à suivre les équipes pendant toute l’année, ce qui permettra à la scène française de LoL d’avoir des histoires à raconter autour des joueurs et des structures. Un aspect aussi important pour l’esport que pour le sport traditionnel.

A lire aussi

  • Qui sommes-nous ?

    Pour en savoir plus sur GG
    Voir la page
  • Contact

    Envoyez-nous vos idées, vos projets, vos remarques et vos meilleurs moves. GG vous répondra ;)
    Contactez-nous